Tout ce que vous devez savoir sur les antidouleurs

Les antidouleurs sont les médicaments les plus consommés en France, avec la quasi-totalité de la population en ayant déjà pris au moins une fois dans sa vie. En effet, ces médicaments se montrent plutôt efficaces pour soulager différents types de douleurs, que ce soient des douleurs aiguës ou bien des douleurs chroniques.

Mais il est important de savoir ce que représentent vraiment ces médicaments avant de les prendre. Nous allons vous expliquer dans cet article tout ce que vous devez connaître sur les antidouleurs.

Qu’est-ce qu’un antidouleur ?

Un antidouleur, encore appelé antalgique ou analgésique, est un médicament utilisé en médecine pour traiter ou pour soulager la douleur d’un patient. D’une manière générale, ce type de médicament inhibe la fonction des nerfs qui permet de ressentir les douleurs. Il peut très bien être utilisé pour soulager une douleur aiguë, c’est-à-dire une douleur spontanée et passagère, ou bien pour traiter les douleurs chroniques qui sont récurrentes chez le patient.

Quels sont les types d’antidouleurs ?

Pour classer les différents antidouleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé ou OMS a classé les antidouleurs en trois différents paliers en fonction de leurs actions et de leurs puissances.

Palier 1 : Les antalgiques périphériques non morphiniques

Ce type d’antidouleur est utilisé pour apaiser les douleurs légères et modérées. Ils agissent localement, d’où leur qualification d’antalgiques périphériques. Cette catégorie comprend des médicaments disponible en automédication comme le paracétamol, l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) non sélectifs comme l’ibuprofène, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sélectifs, etc.

Palier 2 : Les analgésiques morphiniques faibles

Également appelés analgésiques opioïdes mineurs, cette catégorie sert à traiter les douleurs modérées et sévères qui ne sont pas apaisées par les antidouleurs du palier 1. Contrairement à ces derniers, ils agissent sur le système nerveux central et ne sont généralement disponibles que sur ordonnance. On peut citer entre autres le tramadol, la codéine ou encore la dihydrocodéine.

Palier 3 : Les analgésiques morphiniques forts

Cette catégorie d’antidouleurs que l’on appelle aussi analgésiques opioïdes majeurs sert à traiter les douleurs intenses qui résistent aux médicaments des deux premiers paliers. Agissant également sur le système nerveux central, ils contiennent une dose élevée de morphine et sont disponibles uniquement sur ordonnance. On y trouve notamment la morphine, la buprénorphine, le fentanyl, l’hydromorphone ou encore la nalbuphine.

Comment prendre des antidouleurs ?

Comme de nombreux antalgiques sont disponibles sans ordonnance, il est nécessaire de savoir comment les prendre. La prise de ces médicaments nécessite généralement de respecter la bonne posologie, c’est-à-dire la bonne dose et les bonnes intervalles. Par exemple, la prise de paracétamol ne doit pas excéder les 3 grammes par jour.

Les contre-indications doivent être également respectées. On peut citer notamment le cas de l’ibuprofène qui est fortement déconseillé chez la femme enceinte. Tout cela permet d’éviter les effets indésirables comme les réactions gastro-intestinaux ou d’autres plus graves comme les impacts sur la fertilité ou encore les accidents vasculaires cérébraux.

Comment se procurer des antidouleurs ?

Les antalgiques qui sont disponibles sans ordonnance peuvent être achetés en ligne sur des sites autorisés (c’est notamment le cas du Tramadol, un anti-douleurs analgésique très populaire) ou bien directement en pharmacie. Néanmoins, il est plus prudent de demander des conseils à votre pharmacien ou à votre médecin avant de les consommer.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 12 =