Les pires ennemis du travailleur indépendant

De plus en plus de personnes en France décident de se mettre à leur compte pour exercer leur métier en tant qu’indépendants. Ce phénomène touche pratiquement tous les secteurs d’activité. Leurs motivations sont très diverses, mais tous n’arriveront pas à maintenir l’équilibre financier de leur entreprise au bout de trois ans. Comment faire pour ne pas échouer ? Il faut commencer par vaincre ses ennemis.

La procrastination

C’est un très vilain défaut qui consiste à constamment tout remettre au lendemain. Beaucoup de gens procrastinent dans la vie de tous les jours sans qu’il y ait aucune incidence sur quoi que ce soit. Malheureusement, ce n’est pas le cas au travail et un professionnel qui procrastine est voué à l’échec. Aujourd’hui, des spécialistes proposent de suivre des stages spécialisés pour arrêter de procrastiner aux entrepreneurs tout comme aux particuliers.

Le manque d’organisation

C’est un véritable fléau pour celui qui crée une entreprise. D’ailleurs, beaucoup de sociétés n’hésitent pas à investir des sommes importantes dans un audit pour réorganiser leurs processus afin d’augmenter leurs performances. Pour un entrepreneur individuel ou un microentrepreneur, le manque d’organisation peut mener très rapidement à un échec et il est important d’être formé à cela avant même d’entreprendre. Là encore, il existe des professionnels qui forment les porteurs de projet à s’organiser dans le travail pour être rapidement compétitifs sur le marché.

Le manque de contact

La timidité peut être un atout de charme chez une personne. Ce n’est absolument pas le cas dans le monde du travail où il faut aller vers les autres, bien au contraire. L’un des facteurs d’échec du travailleur indépendant, c’est la solitude. Celui ou celle qui se met en retrait a plus de chance de rater des opportunités professionnelles, des marchés, des conseils, des partenariats ou du soutien. Il est très important de cultiver son réseau dans un secteur d’activité plus ou moins proche du sien. Pour cela, il existe des clubs d’entreprises à plus ou moins grande échelle pour développer ses relations.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 ⁄ 1 =