Les erreurs de traduction : des conséquences importantes pour les entreprises


Nous avons tous, à un moment ou à un autre, vu un texte qui nous a fait rire ou pleurer. Bien qu’il s’agisse souvent d’une erreur innocente, ces textes ont l’air très peu professionnels. Dans le pire des cas, ils peuvent avoir des conséquences dangereuses. Par exemple, une instruction cruciale dans un manuel technique mal traduit peut entraîner l’installation incorrecte d’une machine par un client. Les conséquences ? Des dommages inutiles, une usure ou une réduction de la qualité du produit.

Les textes sources peu clairs, vagues ou ambigus sont une épine dans la chair des traducteurs techniques ; ils obscurcissent le cœur d’un message, ce qui peut ensuite conduire à une mauvaise interprétation du texte source. En conséquence, le contexte de l’article traduit peut s’écarter du texte source, ce qui amène le traducteur technique à mettre involontairement le lecteur sur une fausse piste, voire sur une piste dangereuse. Les conséquences d’un point ou d’une virgule mal insérée dans les proportions de substances explosives seraient inimaginables !

Traduction trop littérale

Avec plus de 15 ans d’expérience en tant que traducteur technique, j’ai vu presque tous les types d’erreurs. Du comique au non-professionnel, et du dangereux à l’illogique. Ce dernier cas se présente parfois lorsqu’un mot a plusieurs significations dans la langue source et dans la langue cible. Une erreur courante est celle qui consiste à traduire des mots littéralement. Le mot « aandrijftrommel » en néerlandais ne désigne généralement pas un « tambour d’entraînement » mais une « poulie d’entraînement », selon l’application technique. Pour éviter cela, il vaut mieux faire appel à un traducteur néerlandais professionnel.

Faible ou hebdomadaire

Je suis récemment tombé sur cette traduction incorrecte dans une fiche de données de sécurité : Non ionique ; peut subir une réaction cationique hebdomadaire dans certaines circonstances. Même le correcteur orthographique ne relève pas l’erreur (weekly), car il s’agit d’un mot reconnu. Ici, le mot anglais « weakly » a été confondu avec « weekly ». Il semblerait bizarre qu’une substance chimique réagisse de façon hebdomadaire !

Technique et spécifique à l’industrie

Les traductions techniques les plus étranges peuvent résulter de telles erreurs. Surtout lorsqu’un traducteur technique n’est pas au courant des significations spécifiques au secteur, ou lorsque le contexte narratif n’est pas connu. De plus, le risque existe que ces traductions techniques mal interprétées soient aveuglément copiées dans d’autres langues, alors qu’il est d’une importance vitale que le sens véhiculé par un texte soit le même dans toutes les langues.

Le jargon technique

Les traductions techniques sont bien plus que la simple traduction d’un texte. Tout d’abord, le texte source doit être clair. Ensuite, il est essentiel qu’un traducteur technique connaisse parfaitement le fabricant, le produit et le fonctionnement opérationnel de la machine. Le jargon technique ne peut être traduit avec précision qu’en travaillant en étroite collaboration avec le client. Et en se référant à des glossaires techniques spécifiques au secteur. C’est pourquoi un bon traducteur technique pose toujours des questions sur le texte source. En tant que professionnel, je me méfie de tout traducteur technique qui ne pose pas de questions !

Pour conclure

Les erreurs de traduction peuvent avoir de graves conséquences dans le cadre du développement d’une entreprise à l’international. Pour cette raison, il est conseillé de bien choisir son prestataire de traduction. Celui-ci aura la responsabilité du développement correct ou non de votre entreprise sur un territoire à l’étranger. Privilégiez un prestataire reconnu qui pourra facilement prendre en charge la traduction de votre message à l’international.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 27 =


Life StyleTravelFashionBeauty